Toutes les infos et toute l'actualité du Paris Saint Germain PSG: news, infos, comptes rendus de matchs, notes des joueurs, vidéos des matchs et communauté de supporters

Accueil / Ex Nihilo

 

Ex Nihilo

Ex Nihilo – 2010 : Premiers ébats

 

Ex Nihilo, c’est la rubrique « acide » d’infopsg. Un regard absolument subjectif et critique, jamais dénué de passion, pour voir différement le quotidien de notre club de coeur.

 

Premiers Ebats 

 

       Pour ce premier Ex Nihilo de la saison, je me devais de rendre hommage à cette première journée de championnat. Encore en vacances, déjà (ou encore) au boulot, les supporters que nous sommes rivalisent d’artifices et d’ingénuosité pour suivre l’actualité du Paris Saint-Germain Football Club. En cela, force est de constater que les moyens modernes de communication nous sont d’une grande aide.

 

       Avec la 3G+, l’ADSL, les alertes-buts par SMS, chaque passionné de football a pu suivre les premières joutes en direct, ou presque. Reste qu’à Paris, malgré les remaniements et une volonté affichée par le nouvel entraîneur de JOUER, les protagonistes rouge et bleu ont quelque peu manqué le coche.

 

       Match de reprise, besoin de nouveaux repères, système de jeu revu par Kombouaré, on trouvera toujours de bonnes raisons pour expliquer le faux pas de Montpellier. N’y allons pas par quatre chemins, il s’agissait bien d’un faux pas à la Mosson. Tirage sympathique de jouer un promu, lui aussi complètement chamboulé par son accession en L1, mis sous pression par ses supporters et son emblématique président, mais tirage piège pour une équipe parisienne toujours « renforcée », rarement décisive.

 

       Après de nombreux débats, les jeunes et les anciens tombent d’accord sur un constat alarmant, mais pas alarmiste : Paris n’a pas joué. Alors, il y aura bien eu cet éclair, ce but de Ludovic Giuly qui mit ses coéquipiers sur les rails de cette nouvelle saison en ouvrant le compteur but du club, mais l’éclair fut bref. Trop peu en mouvement, trop peu incisif, le onze de la Capitale peine à se montrer dangereux face à une équipe, certes en jambe, mais pas folichonne dans son jeu au sol. J’ai du mal à comprendre les ambitions du nouveau président.

 

       Biensûr qu’on va jouer pour gagner (quoi que cette première journée laisse planer un certain doute sur la question), biensûr cette troisième place, ce serait tout bénef apès cette crise qui n’en finit plus de durer. Bien lointaines les années de Champions League. Place à un club dont les moyens financiers ont chuté de façon vertigineuse, un club qui peine à être séduisant pour des joueurs de niveau international, et même national, parfois.

 

De Nouvelles ambitions ? Vraiment ?  

 

       Focus sur le recrutement. Paris a conservé son ossature, les Stéphane Sessegnon, Claude Makélélé, Jérémy Clément, Mamadou Sakho, Guillaume Hoarau sont toujours de la partie et personne ne s’en plaindra. C’est vrai qu’il est rassurant de voir ces joueurs de talent débuter le championnat sous nos couleurs. Il n’en reste pas moins que cette ossature, ce bloc de titulaires, n’a pas réussi à accrocher de place européenne l’an passé. Loin de porter un regard négatif sur la valeur intrinsèque des individualités du PSG new look, je cherche la valeur ajoutée de ce mercato.

 

       A la lecture des chiffres, il apparaît clairement qu’un gardien comme Landreau ne figurait pas en queue de peloton, en termes de statistiques, en termes d’efficacité sur sa ligne. Landreau s’en va. Soit. Coupet arrive. Soit. Quelle plus-value ? Sans parler de Jallet (j’admets que sa polyvalence peut nous être fort utile, mais c’est à mes yeux un choix qui ne montre pas une grande ambition européenne, soit dit entre nous et sans langue de bois), a-t-on concrètement bonifié le onze de départ ? Erding, pardi ! Erding qui a fait les beaux jours du Football Club de Sochaux.

 

       Erding n’a pas fait un grand match à Montpellier. Passif, souvent à contre-temps, il n’avait, sur le terrain, rien d’un tueur. Mais avec ces 8 millions dépensés, comment pourrait-on avoir l’audace de montrer du doigt sa mauvaise prestation ? Beh oui, voyons, il faut du temps pour s’adapter à l’équipe, il faut attendre avant de ruer dans les brancards et l’accabler de reproches. Il convient de faire preuve de réserve et de compréhension, Rooney n’a pas fait un grand match lors du Community Shield, par exemple. Et des exemples il y en aurait des milliers. Mais bon sang, est-ce que le climat est si différent entre Sochaux et Paris pour qu’un turc ait besoin de temps pour s’acclimater ?

 

       « Erding« , en France, c’est un nom qui compte, c’est un buteur. Mais franchement, à Montpellier, je ne vois pas pour quelles raisons un Kezman est resté sur le banc. Cette star de L1 à 8 millions (sic) bonifie-t-elle vraiment notre collectif ? Laissons le temps au temps, mais ne prenons pas l’excuse d’une première journée de championnat pour expliquer une méforme, ou une criante maladresse.

 

Le regard tourné vers … le Parc, et Le Mans

 

       Ex Nihilo ou pas Ex Nihilo, ce premier match fait peur à plusieurs égards. Non seulement on peine à prendre le dessus dans le jeu sur une équipe qui accède à la L1 avec un effectif tout juste moyen (comment ça un remake de la saison 2007 ?!?), mais on perd, déjà, des points en vue de la réalisation de notre objectf cette saison. Je ne serai pas aussi gourmand que les hautes sphères parisiennes, dirigistes et absconses têtes « bien voulantes », les trois premières places j’en rêve mais je trouve plus de sérénité à évoquer les cinq ou six premières. Cela fait bien longtemps que nous n’avons plus goûté à ce type de résultat, dans la durée.

 

       A venir cette rencontre à la maison face à une équipe mancelle autrement mieux armée que la bande à Loulou. 3 points et un peu de beau jeu. On ne demande pas la Ligue des Champions. Juste du Jeu et de quoi rentabiliser nos abonnements tout neufs. Et surtout, quelques arguments pour ne plus avoir à craindre chaque rencontre comme un outsider dans la course au maintien.

1

com.
 

Ex nihilo #3 : PSG, le cobaye idéal

Ex Nihilo, c’est la rubrique décalée que vous retrouvez régulièrement dans les colonnes d’infopsg.com ! Acide et acerbe, parfois drôle, parfois provoc’, Ex Nihilo vous permet de découvrir l’actualité du Paris-S.G., autrement.

 

Franchement on l’avait senti venir à 15 kilometres… Le PSG ne pouvait pas retrouver les sommets sans que la fédération décide de s’en mêler. Maké et Sessegnon entrent donc dans l’histoire du comité d’arbitrage vidéo en étant les premiers à être sévèrement sanctionnés après étude des images.

Il faut dire que ça doit être dur pour la fédération. Quelle manque totale de visibilité! Éclipsée par les clubs, dans l’ombre de l’UEFA et même dépassée par la Ligue dont la fière Coupe de la Ligue remplit les stades!

Il ne leur reste qu’un seul moyen de se faire remarquer positivement: changer les règles! Bien sûr on aurait souhaité qu’ils fassent parler d’eux en bien en nous trouvant un sélectionneur digne de ce nom. Mais non ça ca demande trop de travail! Alors en attendant on se concentre sur ce qu’on sait faire de mieux: on nomme ses petits copains dans un comité qui sert à rien. Mais là encore ça n’intéresse personne. Alors on applique la recette miracle: la recette PSG.

Il faut dire qu’elle a tellement bien marché par le passé. Il y avait eu le test Yepes pour voir ce que ça faisait de siffler des penalties au moment des corners. Il y avait eu l’exclusion de Fernandez pour voir si c’était efficace de priver un club de son entraîneur pendant plusieurs rencontres pour le calmer. Et puis il y avait eu Frau pour punir les vilains qui blessent les autres. On avait voulu refaire le coup avec la banderole mais pas de chance y’a quand même des gens qui nous remettent en place.

Bien sûr à chaque fois les règles ne s’appliquent que pour le PSG, car ça fait vendre plus de journaux. On allait pas empêcher Guy Roux de s’exciter dans sa surface. Ça n’aurait pas intéressé grand monde. Djibril Cissé casse Yepes en deux? « Oui mais vous comprenez il jouait la balle ». Non vraiment c’est drôle uniquement quand c’est le PSG. Et puis on va pas non imposer aux membres de la commission de regarder Sochaux – Valenciennes parce que sinon même nos copains ils voudront plus faire partie de cette commission. Les supporters lyonnais mettraient des banderoles très méchantes envers leurs adversaires stéphanois ? « Ah bon jamais entendu parlé ! ».

Bref il ne reste qu’une pièce à cette nouvelle mascarade de la Fédération : Nous attendons donc avec impatience la sanction que recevra Vitakic pour sa gifle sur Sessegnon.

15

com.
 

Ex Nihilo #1

J’ai reçu un tas de messages aujourd’hui. Vraiment. Tellement que je me suis demandé parfois qui étaient les expéditeurs. Quelques messages anonymes m’ont permis d’involontaires rictus, je cite :

« Traoré ferait mieux d’arrêter sa carrière pour se consacrer à ses rôles de doublure de Vin Diesel » ou encore « Je n’y croyais pas, mais Jerôme Rothen en a vraiment autant dans les jambes que dans la tête. »

Quelle bande d’enfoirés ! Mais on en a quand même pris une bonne, à Bordeaux.

J’ai passé une sale journée, le type de journée ou il faut se coltiner une réunion de 6 heures, coincé entre quatre murs en pays étranger, pays dans lequel les habitants ne jurent que par le football, évidemment. Inutile de vous faire un dessin, les dernières nouvelles du football francilien ne m’ont pas guidé sur la voie de l’orgueil. En fait, j’en ai pris plein la gueule. Et, pour une fois, j’ai encaissé de bon coeur

Je plaide coupable ! Coupable ! Coupable d’enflammage intempestif en lieux publics. Coupable de calomnies et autres blagues parisiennes. Coupable d’une fin d’année 2008 jouissive, hilare le cul vissé à mon siège entre un supporter marseillais (né le 17 juillet 1951 à Chatenay-Malabry -sic-) et un supporter stéphanois (né le 17 mars 1981 aux Ulis -sic-), livides et colériques. Pour Noël, j’avais même poussé le vice jusqu’à leur offrir deux reliques trouvées au fond de mon armoire (et de ma mémoire) : une photo dédicassée de Jimmy Algérino et une autre de Bruno Germain.

Je les ai laissé rire. J’ai retrouvé ce foutu bon vieux réflexe pourtant mis au ban ces cinq derniers mois : dodeliner de la tête en rangeant mes poings dans les poches de mon vieux futal Kiabi. C’est dur de s’y remettre mais force est de constater que ce début d’année 2009 pue sérieusement la lose pour nos rouge et bleu ! J’en viens même à espérer que Paul Le Guen fera jouer l’équipe-type en Coupe de France. Parce que, avouons-le, on en a pris une bonne, à Bordeaux.

Ceci dit, j’ai des circonstances atténuantes. C’est pas comme si le PSG n’avait jamais été une cible privilégiée. Alors on le sait, nous, qu’on va s’en prendre pleine la gueule dans L’Equipe et dans Vivement Dimanche. On le sait qu’on va se faire traîner dans la boue par les plus grands journalistes sportifs français : le Gentil Organisateur du football sur canapé, Pierre Ménès (né le 29 juin 1963 à Paris -sic-) va se payer Rothen et Traoré (Pierre, si c’est toi qui m’as envoyé les deux sms cités au-dessus, tu fais vraiment chier avec tes blagues à la con !) et Guy Carlier (né le 5 juin 1949 à Argentueil -sic-) qui va refaire le Monde et faire, du coup, un parallèle entre ce Bordeaux – PSG et le dernier album de Julien Clerc, une frasque de plus pour justifier, autrement qu’en couchant avec Denis Balbir et Kader Boudaoud, son salaire de fonctionnaire à mi-temps de la télévision (pub)lique.

Non, le pire dans tout ça, c’est qu’ils auraient probablement tort de s’en priver. Bientôt cinq mois qu’ils ne peuvent plus faire leur part de marché en évoquant les « hooligans de supporters parisiens », la dissolution des Boys, l’antisémitisme dans les tribunes de la Capitale etc. Alors peut-être que ce Bordeaux – Paris va leur sauver la mise, leur faire dire des conneries dénuées de tout sens sportif pour préserver leurs emplois précaires de stars de la critique. Remarque, vu ce que le gouvernement vient de rentrer à France Télévisions, je comprends mieux la facilité des chroniques de Guy.

Ah la la … On avait la belle vie avant la trêve les gars. Plus belle la vie qu’y disaient. En tout cas, à Bordeaux, on en a pris une bonne. Moi aussi d’ailleurs, mais ça se comptait en « godets derrière la cravate ». D’ailleurs, j’avais le nez dans ma pinte à la soixante-et-onzième, mais Gourcuff a mis le but de sa vie, non ?

0

com.
 

test

test

0

com.
 
Page 1 sur 11




télécharger notre extension Hit-Parade Classement de sites - Inscrivez le vôtre!