Toutes les infos et toute l'actualité du Paris Saint Germain PSG: news, infos, comptes rendus de matchs, notes des joueurs, vidéos des matchs et communauté de supporters

Accueil / Carlo Ancelotti: du diamant à l’arbre de Noël

 

Carlo Ancelotti: du diamant à l’arbre de Noël

par Collectif

1

com.

L’arrivée de Carlo Ancelotti à la tête de l’équipe parisienne va amener son lot de bouleversements, non pas seulement dans la manière d’aborder les rencontres, les conférences de presse ou les entraînements, mais également, et surtout, dans la disposition tactique de l’équipe. Troisième et dernière partie: la vision tactique.

« Le football, c’est la défense et l’attaque. Ce qu’il y a de plus important, c’est l’équilibre, la capacité de pouvoir bien défendre et bien attaquer. Un entraîneur qui se concentre plus sur l’aspect défensif est un entraîneur auquel il manque quelque chose et vice-versa » (1) prône Carlo Ancelotti. Pour lui, « élaborer une tactique n’est pas très compliqué ». C’est dans la transmission aux joueurs que réside la difficulté. « Tu dois être clair, simple » préconise-t-il.

Dans son édition du 30 décembre, le Parisien présentait l’équipe que le technicien italien réverait d’aligner (ici). Si Sirigu, Sakho, Bisevac, Sissoko, Nene, Pastore voire Ceara conserveraient leur place, exit Matuidi, Ménez et Gameiro. Ce 4-3-2-1 aurait certes le mérite de s’adapter parfaitement aux caractéristiques des joueurs, mais il pousserait sur le banc un titulaire indiscutable tel que Gameiro (9 buts en première partie de saison). Cela pose problème.

Lors de son intronisation, au moment d’évoquer les éventuels changements tactiques à apporter, Carlo Ancelotti n’a donné aucune précision. C’est tout à fait normal. Il doit pour cela observer le comportement de l’équipe sur quelques matchs pour évaluer les qualités des uns et des autres. Les rencontres face à Milan (amical) et Locminé (Coupe de France) constituent ainsi deux belles opportunités. « Je ne crois pas être venu pour tout bouleverser, indique-t-il. Je prends ce Championnat en cours, l’équipe est leader. Je suis là pour apporter mes connaissances, mon expérience, voir comment évolue cette équipe ». Cependant, l’Italien a déjà évoqué quelques pistes: « Je veux que l’on ait une bonne organisation, que l’équipe défende bien, attaque bien. Le PSG dispose d’un potentiel individuel important. On va chercher le chemin de l’offensive, essayer de séduire. Sur la disposition, c’est relatif, on pourra changer des choses. Je veux que l’on produise un jeu dynamique, plaisant et surtout efficace ».

Dans un premier temps, le 4-2-3-1 mis en place par Antoine Kombouaré – qui s’apparentait à un 4-4-2 pour certains – pourrait avoir les faveurs du technicien italien. Mais nul doute qu’ensuite, il apportera une ou deux retouches voire plus si les recrues espérées (Malouda, Pato, Kaka…) débarquent dans la capitale. On peut toutefois échafauder différentes hypothèses, du 4-3-3 avec Pato en pointe et Pastore en pierre angulaire au 4-3-2-1 fétiche d’Ancelotti:

SIRIGU – ArG, BISEVAC, SAKHO, CEARÁ (ou JALLET) – PASTORE, MATUIDI, SISSOKO – NENE, PATO, GAMEIRO.

Ce 4-3-3 a l’avantage de conserver l’ossature du onze type intact. Même si l’équipe alignée depuis le début de saison n’est pas parfaite, pousser sur le banc Gameiro, Nene ou Matuidi relèverait de l’injustice et serait contre-productif. Quant à Ménez, son irrégularité le pénalise même s’il faut reconnaître que sa vitesse et sa technique font de lui un élément dynamique de l’effectif. Dans ce système, Pastore reculerait de quelques mètres. Actuellement, il occupe quasiment une place de second attaquant. Mais il a confié dans la presse qu’il n’aimait pas jouer si haut, ce qui contraint Ancelotti à le changer de place. Placé aux côtés de Matuidi et Sissoko, il évoluerait dans un registre plus offensif que ses deux coéquipiers et conserverait sa position clé; de plus, sa vision global du terrain lui permettrait d’anticiper les mouvements du bloc équipe et de trouver rapidement la faille. Le trident offensif serait composé de Gameiro, Nene et, dans notre hypothèse, de Pato. Ce dernier se situerait à la pointe du dispositif, Nene occupant le flanc gauche et Gameiro le côté droit.

SIRIGU – ArG, BISEVAC, SAKHO, CEARÁ (ou JALLET) – SISSOKO, CHANTÔME, MATUIDI – NENE, PASTORE – GAMEIRO (ou PATO).

La fameux arbre de Noël cher à Ancelotti peut également être reconstitué. Cette tactique lui avait permis de remporter la Champion’s League avec le Milan AC. Transposé à l’équipe parisienne, il pourrait faire des ravages. Sissoko, Matuidi et Chantôme sont ici associés devant la défense; les deux premiers, de véritables filets, ratissent large tandis que le dernier se projette vers l’avant. Nene et Pastore, chargés d’alimenter en ballon Gameiro (ou Pato), jouent ici le rôle de détonateur. « L’Arbre de Noël nous permettait d’avoir une possession de balle très précise, très contrôlée, plaide Ancelotti. On avait toujours un pourcentage de possession de balle élevé » (1). Bien entendu, Andrea Pirlo, la pièce maîtresse de ce système à Milan, est presque unique en son genre. Mais Paris possède des joueurs de qualité qui peuvent parfaitement s’adapter aux desiderata du coach italien.

Au début de sa carrière, Ancelotti était très attaché à sa tactique (le 4-4-2), au point de passer à côté de certains joueurs. En effet, l’illustre Roberto Baggio (Ballon d’or 1993) voulait rejoindre le technicien italien à Parme. « Baggio voulait quitter Milan parce qu’il n’était pas utilisé et il est venu me parler. Donc je lui ai demandé où il voulait jouer, et il m’a répondu « juste derrière les deux avant-centre ». Je lui ai dit que nous ne jouions pas comme ça et qu’il devrait se battre avec Crespo et Chiesa pour l’une des deux places de devant. Je ne voulais pas quelqu’un derrière les deux attaquants. Il n’était pas d’accord et a rejoint Bologne ». Mais le technicien apprend de ses erreurs: « Si la même chose arrivait aujourd’hui, 14 ans plus tard, je l’achèterais. « Viens! » lui dirai-je, « et nous mettrons ça au point ». J’ai perdu une grande possibilité d’améliorer l’équipe avec les qualités de Baggio. C’était un manque d’expérience de ma part. J’avais entraîné pendant seulement deux ans. Et, comme je l’ai dit, mon professeur avait été Sacchi. Je n’avais pas la connaissance pour savoir que je pourrais changer les choses. Et peut-être que j’étais un petit peu effrayé par le changement car c’était le début de ma carrière » (2).

Au moment de composer son onze de départ, Ancelotti ne tergiverse jamais. Pas plus qu’il n’émet de sombres pronostics sur l’explosivité d’un tel ou d’un tel en fin de rencontre: « Si je sens bien un joueur avant un match, je le fais débuter. Je ne crois pas qu’un entraîneur puisse penser que l’un de ses joueurs fera la différence durant les 20 dernières minutes. Si le joueur est bien, il peut faire la différence avant et donc être titulaire. Cependant, les changements sont très importants et peuvent parfois s’avérer décisifs. Il est évident qu’un joueur qui entre à 20 minutes de la fin est plus frais. Dire qu’un changement en fin de match a été positif signifie peut-être aussi que tu t’es trompé en début de match » (1). En ce qui concerne l’âge moyen de l’équipe, l’Italien privilégie un savant mélange entre l’expérience (relative) et la jeunesse: « L’idéal, pour gagner, est d’avoir un mélange de joueurs d’expérience et de jeunes talents. Quand je parle de joueurs d’expérience, je parle de joueurs qui ont entre 27 et 30 ans. C’est, selon moi, le meilleur âge pour un footballeur. Les choses ont changé car à une époque, à 30 ans, on les considérait comme vieux. Il y a eu une évolution dans la préparation des joueurs, au niveau de la prévention des blessures. Maintenant, un joueur de 30 ans est à 100% de ses possibilités physiques » (1).

« Tous les attaquants ont des capacités différentes. Mais Inzaghi est le meilleur renard des surfaces que j’ai jamais vu. Il est comme un prédateur. Il a un odorat. Plus de 70% de ses buts ont été inscrits avec une touche de balle. Ce qui signifie qu’il arrivait dans la bonne position. Crespo, lui, était fantastique sans la balle. Sa façon de bouger. Tandis que Drogba est plus comme Shevchenko et Del Piero. J’ai été chanceux avec les attaquants que j’ai eu. Tous excellents » (2) argue Ancelotti. Qu’en sera-t-il à Paris ?

 

Vous appréciez cet article sur le PSG ? Notez le et partagez-le!

Plus jamais çaBof !BienTrès BienUn must !

(2 votes, moyenne: 1,50 sur 5)



Loading...Loading...

  • Print
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • del.icio.us
 


 

Les commentaires ont été désactivés.

Commentaires (1)


  • SKIERS Patrick
    Posté le 03-01-2012 à 17 h 03 min 

    Je pense que le football en France va prendre une autre dimension…on va se rendre compte enfin que les entraîneurs italiens ont du talent… c’est vrai on nous parle toujours de la france 98… j’en ai plein le
    chapeau des Zidane ..Thuram…je préfère et de beaucoup…celle de Platini..Fernandez ou celle des Beretta, Larqué, G & B Lech… avec C Ancelotti ce sera autre chose.



 

A lire aussi sur Info PSG

05/07 - UEFA: le PSG premier club francais au classement

C’était prévu ! L’UEFA vient de mettre à jour son classement qui prend en compte les performances européennes des clubs sur les cinq dernières saisons. Et à la faveur de ses deux dernières performances en ligue des champions, le PSG devient le 1er club francais du classement.

 

05/07 - Mercato: l’OL sur la piste de Jallet (PSG)

On le dit partant du PSG depuis quelque temps, Christophe Jallet, le défenseur du PSG semble intéressé pas mal de clubs. Dernier en date à évoquer le sujet, l’Olympique Lyonnais par la voix de son nouveau coach.

 

05/07 - PSG: Au stage en Autriche, Laurent Blanc évoque le mercato

Alors que le PSG est parti depuis plusieurs jours faire son stage de reprise à Stegersbach en Autriche, Laurent Blanc, le coach parisien se confie dans les colonnes du Parisien sur cette reprise et sur les objectifs de la préparation estivale ainsi que le mercato.

 

05/07 - Mercato: Rabiot veut quitter le PSG mais pas pour l’AS Roma

Alors que la situation est des plus confuses sur la situation d’Adrien Rabiot, la mère de ce dernier qui fait également office d’agent a fait une mise au point dans un journal italien sur les rumeurs.

 

11/06 - Mercato: Jeremy Menez au Milan AC, c’est officiel !

Arrivé ce mercredi soir à Milan, Jérémy Ménez est donc maintenant officiellement un joueur du Milan AC. En fin de contrat avec le PSG, l’international français a même officiellement poser en photo pour le site officiel du club italien.

 

11/06 - Ligue des champions: Le PSG ne devra aligner que 5 joueurs locaux

On attendait les précisions de l’UEFA sur les sanctions contre le PSG et Manchester City dans le cadre de la loi du fair play financier. On sait maintenant que les deux clubs pourront aligner un minimum de 5 joueurs locaux en Ligue des champions. Ce qui lève une contrainte sur les 2 clubs.

 
 



 




télécharger notre extension Hit-Parade Classement de sites - Inscrivez le vôtre!