Toutes les infos et toute l'actualité du Paris Saint Germain PSG: news, infos, comptes rendus de matchs, notes des joueurs, vidéos des matchs et communauté de supporters

Accueil / Carlo Ancelotti, de Reggina à Chelsea (première partie)

 

Carlo Ancelotti, de Reggina à Chelsea (première partie)

par Collectif

0

com.

L’arrivée de Carlo Ancelotti à la tête de l’équipe parisienne va amener son lot de bouleversements, non pas seulement dans la manière d’aborder les rencontres, les conférences de presse ou les entraînements, mais également, et surtout, dans la disposition tactique de l’équipe. InfoPSG passe en revue les spécificités tactiques et psychologiques du technicien italien. Mais avant, une rétrospective de sa carrière s’impose.

« J’ai décidé de devenir entraîneur dans les dernières années de ma carrière. J’ai eu l’opportunité de devenir l’assistant d’Arrigo Sacchi en équipe nationale. Mais pour devenir entraîneur, j’ai d’abord étudié » (1) déclare l’ancien entraîneur de Chelsea. En parcourant les multiples entretiens accordés par Ancelotti aux médias, ce qui transpire à toutes les lignes, c’est une connaissance pointue du métier de technicien et une approche psychologique et physiologique du jeu hors norme. Bien entendu, chaque entraîneur a ses spécificités tactiques, ses manières d’échafauder des systèmes et son propre caractère. Mais l’empreinte Ancelotti, marquée profondément par l’école Sacchi, détonne à coup sûr dans le monde du football.

Pour le natif de Reggiolo, l’entraîneur, d’où qu’il vienne, « doit savoir beaucoup de choses:  toutes les tactiques de jeu, tous les aspects de la préparation phyisque, psychologique, la gestion d’un groupe ». Il n’y a pas de secrets, « tout s’apprend ». « J’ai étudié en Italie, notamment la préparation physique. Pour l’aspect psychologique, j’ai pris des cours. J’ai beaucoup travaillé avec un psy et je continue de le faire » (1) détaille-t-il.

Sa toute première expérience, il l’a vécue au côté de Arrigo Sacchi avec la sélection italienne lors du mondial de 1994: « La Coupe du Monde 94 a été une expérience magnifique car nous avons passé près de 2 mois ensemble pour préparer l’équipe, s’enthousiasme Ancelotti. Passer autant de temps avec Sacchi est forcément une expérience exceptionnelle. J’aimerais d’ailleurs bien revivre une Coupe du Monde comme entraîneur principal. J’ai énormément appris avec lui. Il était extraordinaire, notamment dans la préparation des entraînements ». Son rôle ? « J’étais l’assistant de Sacchi. Je gérais les entraînements et devais superviser les adversaires » (1).

Tout s’enchaîne assez rapidement ensuite. Lors de la saison 1995-1996, il est nommé à la tête de l’AC Reggina qui se morphond alors en seconde divison italienne. À force d’efforts acharnés, l’équipe arrache son ticket pour l’échelon supérieur en terminant troisième. Ancelotti quitte alors le nouveau promu pour attérir à Parme où il a l’occasion de cotoyer de grands joueurs tels que Crespo ou Chiesa. « J’avais une équipe fantastique. Buffon était dans la cage. Thuram et Cannavaro en défense. Il y avait Crespo et Chiesa, Dino Baggio. On était arrivé second en 1997, juste derrière la Juve » (2) se rappelle-t-il. Qualifié de facto pour la Champion’s League, le club italien la dispute l’année d’après mais ne dépasse pas le stade des poules. Une grosse déception, même si cette présence en coupe d’Europe relève de l’inédit pour le club. En championnat, les Parmesans s’adjudgent la cinquième place.

Carlo Ancelotti prend alors une année sabbatique. Quand la Juventus vient toquer à sa porte, l’Italien n’hésite pas un instant. Jusqu’alors, il avait pris exemple sur Sacchi et, en dépit du contexte inhérent à chaque équipe, trimbalait son 4-4-2 de club en club. Mais la rencontre d’un certain Zinedine Zidane va le pousser à revoir ses plans: « Je me suis rendu compte qu’on ne pouvait pas utiliser Zidane comme milieu central ou ailier. Donc je jouais avec trois défenseurs, quatre milieux, Zidane en meneur de jeu et deux attaquants » (2). Cette tactique va lui permettre de finir septième et d’échouer en demi-finale de la Champion’s League – il a pris en main l’équipe courant février 1999. Mieux préparé la deuxième année, il offre à la Juve la Coupe Intertoto (feu C3) et une seconde place en Série A (devancé pour un petit point). La troisième et dernière année, Turin obtient encore la place de dauphin. Ancelotti quitte alors le club, remplacé par Marcello Lippi, celui qu’il avait supplée quelques années plus tôt. Il ne mettra pas longtemps avant de trouver une nouvelle écurie puisque quelques mois plus tard, il trouve refuge à l’AC Milan. C’est là que le technicien italien va passer ses plus belles années avec un bilan stratosphérique en l’espace de huit saisons: un scudetto, deux Champion’s League, deux Supercoupes d’Europe, un Mondial des clubs, une Supercoupe d’Italie et une coupe d’Italie. Auréolé de succès, un CV impecable dans la besace, Ancelotti quitte Milan et transmet le flambeau à celui qui occupe actuellement le poste de directeur sportif à Paris: Leonardo.

Là encore, il faudra peu de temps à l’Italien pour rebondir: quelques semaines plus tard, il débarque dans le club richissime de Chelsea. Malgré des résultats satisfaisants – un championnat, un Community Schield, une Coupe d’Angleterre, un record de but, une place de second -, Roman Abramovitch se sépare de lui au printemps 2011. Toutes ces années lui auront permis de bâtir un des plus beaux palmarès d’Europe: deux titres de champion, deux C1, une C3, quatre coupes nationales, une Supercoupe européenne, un Mondial des Clubs, sans oublier de nombreux titres de vice-champion et de multiples distinctions honorifiques personnels.

Sources citations:

(1) Secrets de coachs (2011), par Daniel Riolo et Christophe Paillet.

(2) Daily Mail (octobre 2009)

 

Vous appréciez cet article sur le PSG ? Notez le et partagez-le!

Plus jamais çaBof !BienTrès BienUn must !

(1 votes, moyenne: 4,00 sur 5)



Loading...Loading...

  • Print
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • del.icio.us
 


 

Les commentaires ont été désactivés.

Commentaires (0)




 

A lire aussi sur Info PSG

05/07 - UEFA: le PSG premier club francais au classement

C’était prévu ! L’UEFA vient de mettre à jour son classement qui prend en compte les performances européennes des clubs sur les cinq dernières saisons. Et à la faveur de ses deux dernières performances en ligue des champions, le PSG devient le 1er club francais du classement.

 

05/07 - Mercato: l’OL sur la piste de Jallet (PSG)

On le dit partant du PSG depuis quelque temps, Christophe Jallet, le défenseur du PSG semble intéressé pas mal de clubs. Dernier en date à évoquer le sujet, l’Olympique Lyonnais par la voix de son nouveau coach.

 

05/07 - PSG: Au stage en Autriche, Laurent Blanc évoque le mercato

Alors que le PSG est parti depuis plusieurs jours faire son stage de reprise à Stegersbach en Autriche, Laurent Blanc, le coach parisien se confie dans les colonnes du Parisien sur cette reprise et sur les objectifs de la préparation estivale ainsi que le mercato.

 

05/07 - Mercato: Rabiot veut quitter le PSG mais pas pour l’AS Roma

Alors que la situation est des plus confuses sur la situation d’Adrien Rabiot, la mère de ce dernier qui fait également office d’agent a fait une mise au point dans un journal italien sur les rumeurs.

 

11/06 - Mercato: Jeremy Menez au Milan AC, c’est officiel !

Arrivé ce mercredi soir à Milan, Jérémy Ménez est donc maintenant officiellement un joueur du Milan AC. En fin de contrat avec le PSG, l’international français a même officiellement poser en photo pour le site officiel du club italien.

 

11/06 - Ligue des champions: Le PSG ne devra aligner que 5 joueurs locaux

On attendait les précisions de l’UEFA sur les sanctions contre le PSG et Manchester City dans le cadre de la loi du fair play financier. On sait maintenant que les deux clubs pourront aligner un minimum de 5 joueurs locaux en Ligue des champions. Ce qui lève une contrainte sur les 2 clubs.

 
 



 




télécharger notre extension Hit-Parade Classement de sites - Inscrivez le vôtre!