Warning: mysql_query() [function.mysql-query]: Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2) in /home/infopsg/www/wp-content/plugins/html-templates/htmlTemplates.php on line 21

Warning: mysql_query() [function.mysql-query]: A link to the server could not be established in /home/infopsg/www/wp-content/plugins/html-templates/htmlTemplates.php on line 21

Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /home/infopsg/www/wp-content/plugins/html-templates/htmlTemplates.php on line 25

Warning: mysql_query() [function.mysql-query]: Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2) in /home/infopsg/www/wp-content/plugins/html-templates/htmlTemplates.php on line 39

Warning: mysql_query() [function.mysql-query]: A link to the server could not be established in /home/infopsg/www/wp-content/plugins/html-templates/htmlTemplates.php on line 39

Warning: mysql_query() [function.mysql-query]: Can't connect to local MySQL server through socket '/var/run/mysqld/mysqld.sock' (2) in /home/infopsg/www/wp-content/plugins/html-templates/htmlTemplates.php on line 45

Warning: mysql_query() [function.mysql-query]: A link to the server could not be established in /home/infopsg/www/wp-content/plugins/html-templates/htmlTemplates.php on line 45

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/infopsg/www/wp-content/plugins/html-templates/htmlTemplates.php:21) in /home/infopsg/www/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-phase2.php on line 1164
 L'Édito : Lettre à Paul Le Guen - Info PSG Actualité
Toutes les infos et toute l'actualité du Paris Saint Germain PSG: news, infos, comptes rendus de matchs, notes des joueurs, vidéos des matchs et communauté de supporters

Accueil / L’Édito : Lettre à Paul Le Guen

 

L’Édito : Lettre à Paul Le Guen

par

17

com.

Paul,

Vous dirigerez ce samedi une dernière fois l’équipe du Paris Saint-Germain, non sans une pointe de mélancolie j’imagine. Après avoir contribué aux clinquantes années du club dans les années 90 en tant que joueur, vous quittez cette fois Paris avec la casquette d’entraîneur – imaginaire – et peut-être un goût d’inachevé.

Côté supporters, les sentiments qui se dégagent diffèrent selon les individus. Comme nous ne sommes pas formatés, chacun ressent la chose différemment. Personne ne rit, personne ne pleure. Il y en a juste qui sont déçus, d’autres satisfaits et un dernier groupe d’indifférents. À titre personnel, je me situe plutôt dans les premiers. Malgré tout ce qui a pu être dit, le contexte vous est favorable : à une journée de la fin, le PSG pointe à la cinquième place, soit l’objectif fixé par Sébastien Bazin en début de saison. Pourtant, vous ne serez pas reconduit.

Les raisons ? Elles sont assez simples. Empilez le ras-le-bol de plusieurs joueurs, les relations pas des plus harmonieuses avec certains dirigeants et collègues, vous obtiendrez une sorte d’agacement qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Avant de prendre sa décision, le président-actionnaire aurait dû écouter les uns et les autres afin de peser le pour et le contre. Malheureusement, ceux qui vous soutiennent n’ont visiblement pas été écoutés, c’est en tout cas ce que regrettait Sylvain Armand récemment.

Il y a quand même de quoi se poser des questions : pourquoi ne pas vous faire prolonger alors que vous sauvez le club de la relégation dès votre arrivée, lui apportez une ligne de plus au palmarès (Coupe de la Ligue 2008) et l’emmenez vers les sommets de la Ligue 1 cette saison ? De même, comment se fait-il que l’on vous ait conservé l’année dernière alors que le classement final était très en-dessous du standing de Paris et qu’on vous laisse partir comme un malpropre alors que la situation est cette fois-ci très satisfaisante ? On a beau crier et taper à la porte de M. Bazin pour trouver réponses à nos interrogations, il ne sort pas et reste de marbre face aux invectives des supporters. Au fond, c’est un peu comme vous. Face aux critiques incessantes de la presse, vous avez su rester droit et ne pas fléchir, protégeant même le groupe des diatribes médiatiques. Pourtant, un autre à votre place serait monté au créneau et n’aurait sûrement pas tenu sa langue dans sa poche. Quelqu’un comme Kombouaré par exemple. C’est peut-être ça qui fait qu’une partie du public parisien ne vous supporte plus : face à une rencontre dont le contenu est clairement insuffisant, vous ne manifestez aucune émotion. Vous restez assis sur votre banc durant tout le match. Parallèlement, le Kanak encourage ses joueurs et leur donne le regain de motivation nécessaire pour chercher la victoire en cas de scénario défavorable. Mais bon, encore faut-il trouver le bon compromis entre les deux profils d’entraîneurs ; car rester statique face à toutes situations n’est probablement pas la bonne solution, mais qu’en est-il d’un manifestement des émotions trop intense ? Avoir des sentiments exacerbés n’est pas non plus l’idéal. La preuve, Kombouaré devrait prendre plusieurs matchs de suspension le 4 juin prochain, lorsqu’il sera convoqué pour répondre de sa virulence lors du dernier Valenciennes-Bordeaux (1-2). Débuter la saison avec un nouvel entraîneur dans les tribunes, vous en conviendrez, ce n’est pas le must…

La presse vous prête la venue de Hoarau, Sessègnon et Clément, soit trois titulaires indéboulonnables et, accessoirement, des spécialistes à leur poste de prédilection. Le transfert de Bourillon est donc largement compensé ici. Cependant, cela ne suffit pas à faire taire la critique. C’est une habitude à Paris. Lorsque ça va mal, on descend en flamme l’entraîneur, mais lorsque tout va bien c’est grâce aux joueurs. Au fond, c’est comme ça partout. Il serait bon de trouver l’origine de ce délit de sale gueule injustifié et rétablir une bonne fois pour toute la vérité. Certes, certains choix restent incompréhensibles et justifient plusieurs critiques adressées par vos détracteurs. Comme, par exemple, cette décision d’écarter Pedro Miguel Pauleta, pourtant joueur emblématique du club, décisif et avant tout respectueux des supporters et couleurs parisiennes. Vous avez sûrement vos raisons, nous serions curieux de les connaître. Cette saison, la gestion du cas Kezman vous a aussi été reprochée. Ici, on ne peut pas vraiment vous en vouloir, car même s’il inscrit deux buts lors des deux dernières sorties à l’extérieur, ce n’est pas encore ça.

Aussi, si votre passé prestigieux semble légitimer la place qui est votre, vous n’avez cependant pu empêcher une cassure visible dans le groupe et ainsi maîtriser un vestiaire fragmenté en deux groupes apparents : les pro-Le Guen et les anti-Le Guen. À vrai dire, il faudrait avoir connaissance de tous les paramètres car nous ne possédons pas l’opinion de tous sur la question, juste de certains. Par exemple, et même s’il a tenu à le démentir, Makelele n’entretient pas une relation flamboyante avec vous, on dit d’ailleurs – la presse, pas forcément la meilleure source qu’il soit, mais à l’origine de plusieurs vérités dévoilées – qu’il aurait donné un avis consultatif au président Bazin sur votre parcours et vos relations avec le vestiaire. Pour ce qui est de Jérémy Clément ou Sylvain Armand, ils se situent plus dans les éléments qui vous soutenaient. D’autres comme Guillaume Hoarau ou Stéphane Sessègnon n’affichent apparemment pas de préférence.

En bref, un vestiaire scindé en deux n’est jamais bon signe lorsqu’on veut tirer toute l’équipe vers le haut. Bien sûr, l’entraîneur ne peut pas toujours faire l’unanimité, mais il doit malgré tout avoir les capacités d’éviter tout débordement ou manifestation d’égos surdimensionnés au sein d’un groupe professionnel quel qu’il soit. Pour cela, on ne peut pas dire que vous avez été aidé. En effet, alors que se jouait l’accession au podium, l’annonce de votre départ intervient et jette un pavé dans la mare, même si cette nouvelle était prévisible. Pourquoi ne pas avoir attendu la fin de saison pour dévoiler cette nouvelle, qu’elle qu’en soit l’amplitude ? On ne le saura probablement pas, Bazin se refusant à parler.

La saison 2008/2009 touchant à sa fin, des voix raisonnent. Comme unique maître du jeu, Sébastien Bazin achève le suspens et prononce le verdict : « Les sages du PSG (entendez ici les « étrangleurs ottomans » chers à Charles Villeneuve) ont décidé de vous éliminer et leur sentence est irrévocable. » La torche qu’on vous avait virtuellement confiée s’apprête à être éteinte. Ceux qui voulaient votre tête exultent tandis que vous avez probablement un goût amer dans la bouche. On aimerait connaître votre vérité, votre ressenti. Alors, quelques mots avant votre départ ? Pas tout de suite. Sûrement attendez-vous de plier définitivement bagage pour parler en toute sincérité et sans pression. Le droit de parole que vous vous réservez devrait intervenir bien vite. On attend avec impatience votre conférence de presse, M. Le Guen.

En attendant, donnez une dernière victoire à Paris. Ensuite, vous pourrez partir l’esprit tranquille.

Bon vent !

 

Vous appréciez cet article sur le PSG ? Notez le et partagez-le!

Plus jamais çaBof !BienTrès BienUn must !

(Aucun vote)


Loading...

  • Print
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • del.icio.us
 

Fatal error: Call to undefined function wp_related_posts() in /home/infopsg/www/wp-content/themes/new-cmf/single.php on line 68